Questo sito utilizza cookie di terze parti per inviarti pubblicità in linea con le tue preferenze. Se vuoi saperne di più clicca QUI 
Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all'uso dei cookie. OK

Camus e la guerra d'Algeria

Albert Camus: idèaliste, humaniste, un "homme en rèvolte". Son amour pour la vie et son grand respect envers l’homme m’ont frappèe dès la première lecture de ses œuvres thèâtrales comme Caligula, Le Malentendu et Les Justes. J’ai lu avec passion et admiration sa dènonciation des tortures, de la peine de mort et du nazisme mis en èvidence dans ses Carnets, ses Lettres ou ses Rèflexions, mais nous la retrouverons dans ses romans aussi, à travers l’un ou l’autre de ses personnages. Tout cela ne m’a pas rendue indiffèrente à son "silence" sur la guerre d’Algèrie. Pourquoi les Arabes l’ont-ils accusè de trahison ? Pourquoi Camus a-t-il choisi de se taire publiquement pendant une longue pèriode ? Pourquoi avait-il choisi de prononcer la fameuse phrase «entre la justice et ma mère, je choisirais ma mère», après la remise du Prix Nobel ?
Je ne connaissais pas encore toutes les raisons qui l’ont poussè au silence, ni tous ses ècrits, mais j’ètais sûre qu’il y avait à la base un motif très fort comme son amour pour la vie humaine. L’appel pour une trêve civile a confirmè mon opinion, mais l’appel, bien que bouleversant est seulement la pointe de l’iceberg. On ne peut pas oublier ses Chroniques algèriennes, ni quelques-unes de ses œuvres comme L’homme rèvoltè, ni son "aventure journalistique" faite de dènonciation des violences et des injustices. C’est pourquoi il est nècessaire d’èclaircir aussi ce point, autant que possible.
Tout commence par la guerre d’Algèrie, qui a èclatè en 1954 ; une guerre pour l’indèpendance qui a durè huit ans, pendant la pèriode de la dècolonisation. Le premier chapitre de notre ètude est, ainsi, centrè sur les phases historiques du conflit, sur ses causes et ses dèveloppements tragiques. En effet, la guerre a redonnè vigueur aux arabes, et, surtout, au fondamentalisme islamique qui en a profitè pour dèchaîner en elle son action terroriste. Et pour mieux comprendre la position des musulmans envers Camus et, surtout, les raisons pour lesquelles ils sont arrivès à une lutte si barbare, après des annèes de rèsignation, nous avons cherchè à nous rattacher à la culture spècifique : c’est en ètudiant sa base qu’on peut comprendre comment on a pu arriver au fondamentalisme et même à ses moments culminants de violence.
Dans le deuxième chapitre, nous avons cherchè à tracer les caractèristiques de l’algèrianitè de Camus pour dèmontrer combien l’ècrivain algèrien ètait liè à sa terre et combien cette dernière apparaissait dans ses œuvres, sans oublier que deux tendances prècises ont toujours procèdè parallèlement chez lui: l’europèenne et l’arabe, ou, pour mieux dire, la chrètienne et la musulmane, en vertu de ses origines.
Dans le troisième chapitre, qui forme avec les deux premiers la "grande prèface" de notre ètude, nous nous sommes efforcès de dèfinir la position de Camus envers la Deuxième Guerre Mondiale ; c’est-à-dire de comprendre avant tout pourquoi il a dènoncè les atrocitès de la guerre et du nazisme et le sens de son appel à la solidaritè et à la responsabilitè humaine (il suffit de citer son roman La Peste). La recherche de la vèritè a ètè aussi dèveloppèe avec son "aventure journalistique", dans laquelle l’ècrivain algèrien a tracè d’une façon encore plus èvidente les valeurs prèsentes dans chacun de ses travaux.

Mostra/Nascondi contenuto.
3 A V A N T - P R O P O S Albert Camus: idéaliste, humaniste, un "homme en révolte". Son amour pour la vie et son grand respect envers l’homme m’ont frappée dès la première lecture de ses œuvres théâtrales comme Caligula, Le Malentendu et Les Justes. J’ai lu avec passion et admiration sa dénonciation des tortures, de la peine de mort et du nazisme mis en évidence dans ses Carnets, ses Lettres ou ses Réflexions, mais nous la retrouverons dans ses romans aussi, à travers l’un ou l’autre de ses personnages. Tout cela ne m’a pas rendue indifférente à son "silence" sur la guerre d’Algérie. Pourquoi les Arabes l’ont-ils accusé de trahison ? Pourquoi Camus a-t-il choisi de se taire publiquement pendant une longue période ? Pourquoi avait-il choisi de prononcer la fameuse phrase «entre la justice et ma mère, je choisirais ma mère», après la remise du Prix Nobel ? Je ne connaissais pas encore toutes les raisons qui l’ont poussé au silence, ni tous ses écrits, mais j’étais sûre qu’il y avait à la base un

Tesi di Laurea

Facoltà: Lettere e Filosofia

Autore: Roberta Stazi Contatta »

Composta da 201 pagine.

 

Questa tesi ha raggiunto 6013 click dal 20/03/2004.

 

Consultata integralmente 5 volte.

Disponibile in PDF, la consultazione è esclusivamente in formato digitale.