Questo sito utilizza cookie di terze parti per inviarti pubblicità in linea con le tue preferenze. Se vuoi saperne di più clicca QUI 
Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all'uso dei cookie. OK

Chi bussa alla Sublime Porta. Migranti di Transito in Turchia: politiche migratorie e di cittadinanza nella sala d'aspetto d'Europa.

A la frontière de l’Europe et point de transit de routes migratoires internationales, la Turquie est aujourd’hui de plus en plus confrontée avec l’Européisation des sa politique migratoire. Les matières objet de négociations concernent pourtant des aspects de la souveraineté nationale comme le droit d’asile, la citoyenneté et le contrôle des frontières. La mise en place des reformes visant à l’harmonisation des normatives nationales à celles européennes est pourtant liée à un autre aspect important : la conditionnalité résultante de la candidature à l’UE. Si au sujet du contrôle des frontières, ainsi que de la lutte contre l’immigration irrégulière la coopération est désormais entamée, à l’égard du droit d’asile et de l’acquisition de la citoyenneté des aspects demeurent dans l’impasse.
******************************
Alla frontiera con l’Europa e punto di transito di rotte migratorie internazionali, la Turchia si trova oggi sempre più esposta ad una Europeizzazione della sua politica migratoria. Le materie oggetto di negoziati riguardano aspetti importanti della sovranità nazionale come il diritto d’asilo, la cittadinanza e il controllo delle frontiere. Le riforme volte ad uniformare le norme nazionali a quelle europee sono tuttavia da iscriversi nel quadro della candidatura all’UE. Se è possibile riscontrare una cooperazione ormai in atto sul piano delle frontiere e della lotta all’immigrazione clandestina, altri aspetti come il diritto d’asilo e l’acquisizione della cittadinanza restano al centro delle negoziazioni.

Mostra/Nascondi contenuto.
8 Introduction Pour la première fois depuis sa création en 2004, Frontex, l'agence européenne chargée de la gestion des frontières extérieures, a financé et organisé un vol « charter ». Le 28 septembre 2010 1 , 56 ressortissants géorgiens, arrêtés en Pologne, France, Autriche et Allemagne, ont embarqué à Varsovie, siège de Frontex, à bord d'un avion à destination de Tbilissi, la capitale géorgienne. En 2011, l'agence, dont le budget pour la période 2008- 2013 est d’environ 676 millions d'euros 2 , devrait organiser et financer entre trente et quarante « vols groupés » par lesquels des migrants entrés illégalement dans les frontières de l'UE seront rapatriés vers leurs pays d'origine. Ces rapatriements soulagent les capitales européennes qui n'ont plus à « porter le fardeau », selon l'expression de Gil Arias Fernandez, directeur adjoint de Frontex. Autre avantage de ces opérations est liée au fait que, lorsqu’il s'agit de convaincre un pays d'accueillir ses ressortissants, parler au nom de l'Union européenne a « plus de poids » que de le faire au nom de différents Etats. L’actualité de ce premier rapatriement que nous pouvons qualifier d’ « européen », nous permet de comprendre les efforts vers une communautarisation de la politique migratoire, ainsi que la volonté des Etats membres de gérer la lutte contre l’immigration irrégulière sous le drapeau de l’Union Européenne. La coopération au niveau européen en matière de migrations est devenue de plus en plus déterminante, à cause d’une prise de conscience de l’ampleur du phénomène d’une part et de ses conséquences dans la redéfinition des mesures concernant les politiques d’immigration européennes de l’autre. Les politiques ont ainsi été reformulées à travers une optique qui va de l’harmonisation à la sécurisation de l’affaire migratoire et qui se focalise dans un premier temps sur la lutte à l’immigration irrégulière. Le traité d’Amsterdam en 1999 a ainsi ouvert la route à une coopération intergouvernementale plus articulée qui a favori une majeure influence de l’intégration européenne sur les politiques des Etats membres en matière d’immigration, asile, visas et contrôle des frontières. En considérant un Etat non membre, mais candidat, tel que la Turquie, cette modification peut être analysée encore mieux en l’écrivant à l’intérieur du projet d’accession et des plans mises en place pour l’adhésion à l’Union. 1 Article de Le Monde paru sur le site web de Presseurope le 4octobre 2010 : http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/351821-premier-rapatriement-collectif-de-lue. 2 Données consultés sur le site web de l’agence Frontex : http://www.frontex.europa.eu/budget_and_finance/.

Laurea liv.II (specialistica)

Facoltà: Scienze Politiche

Autore: Chiara Maritato Contatta »

Composta da 177 pagine.

 

Questa tesi ha raggiunto 117 click dal 20/06/2011.

Disponibile in PDF, la consultazione è esclusivamente in formato digitale.