Questo sito utilizza cookie di terze parti per inviarti pubblicità in linea con le tue preferenze. Se vuoi saperne di più clicca QUI 
Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all'uso dei cookie. OK

Un 'fantastico' sconosciuto: Samuel-Henry Berthoud

Malgré les nombreuses études que les plus différents secteurs de la critique lui ont dédiées, l’exploration du domaine fantastique, ouvrant sur l’univers vague de l’âme humaine avec ses chimères et ses hantises et postulant des rapports éternels entre notre monde et une réalité suprasensible, n’est pas pour autant achevée. Reléguée, pendant des siècles, à un oubli profond à l’ombre des Grands Génies, l’œuvre des auteurs qu’on appelle mineurs et auxquels on devrait plutôt reconnaître le mérite d’avoir fait la gloire du conte fantastique en France au XIXe siècle, a été longtemps dédaignée par la critique. À ces petits conteurs on n’a accordé, en fait, dans le meilleur des cas, qu’un simple rappel rapide.
Cette étude essaie de remettre à jour, donc, suivant la voie ouverte par Castex, l’œuvre de Samuel Henry Berthoud, un talentueux flamand de Paris, qui, tour à tour poète, journaliste, conteur, romancier et homme de science, ne cessa jamais de captiver le goût du public de son temps, et l’un de ces Petits romantiques, auxquels la postérité n’a réservé qu’un long et injustifié oubli.
Après avoir reconstruit le profil de l’Auteur en présentant les aspects les plus saillants de sa vie et ses rapports avec les grands interprètes du Romantisme, nous avons tenté d’encadrer une partie considérable de l’œuvre prolifique et hétérogène de ce Petit romantique à l’intérieur de la vogue du Fantastique, qui se répandit en France au cours du dix-neuvième siècle, tout en éclairant, par l’analyse narratologique d’un choix représentatif de nouvelles, dans quelle mesure ses créations sont redevables d’influences extérieures, hoffmaniennes surtout, et quels sont les traits originaux qui relèvent, au contraire, de sa personnalité et de son origine flamande.
L’examen des nouvelles, La Noce de Cavron-saint-Martin, L’Archet du Sabbat, La Sonate du Diable, Le Séminariste et La Bague Antique, nous a permis d’isoler à l’intérieur de la riche contribution de l’Auteur au genre deux tendances différentes. L’emploi des procédés typiquement fantastiques dans le traitement des sujets folkloriques ou légendaires, d’un côté, qui vise à donner une consécration littéraire aux mythes des anciennes et terribles légendes de la Flandre natale ; de l’autre, la création de quelques contes fantastiques, où avec un style original et des accents tragiques Berthoud nous propose les aventures actuelles et extraordinaires, néanmoins, de certains héros pré-angoissés lesquels confrontés à des phénomènes surnaturels ne réussissent plus à faire la part des fantasmes dans ce qui leur arrive.
Alternant des motifs traditionnels et presque mythiques avec des images et des rêveries plus intimes, le fantastique de Berthoud prouve sa dignité littéraire et appelle à une plus correcte évaluation.
Loin de prétendre à l’exhaustivité dans le rétablissement de la figure et de l’œuvre de ce flamand de Paris au penchant éclectique, notre étude se propose simplement de rendre justice au talent trop longuement ignoré de Samuel-Henry Berthoud, dans l’espoir d’ouvrir la voie à d’autres découvertes.

Mostra/Nascondi contenuto.
This PDF is Created by Simpo PDF Creator unregistered version - http://www.simpopdf.com I Introduction « Si l’esprit humain ne se complaisait encore dans de vives et brillantes chimères, quand il a touché à nu toutes les repoussantes réalités du monde vrai, cette époque de désabusement serait en proie au plus violent désespoir, et la société offrirait la révélation effrayante d’un besoin unanime de dissolution et de suicide ». Charles Nodier, Du fantastique en littérature, « Revue de Paris », 1830. Ouvrant sur l’univers vague de l’âme humaine avec ses chimères et ses hantises et concédant à ses lecteurs de s’affranchir, le temps d’une lecture, de la platitude de leur vie ordinaire éprouvant le frisson bouleversant d’une expérience-limite, le fantastique a excité, dès sa naissance, un attrait indéniable, non seulement sur le public mais aussi sur ses commentateurs qui en ont fourni, avec le temps, une synthèse complète. À plus d‘un siècle de la parution du texte de Nodier, Du fantastique en littérature, premier essai de théorisation du genre, il ne reste apparemment rien à ajouter sur l’écriture fantastique, qui a suscité lors de son foisonnement au XIXe siècle de grands engouements comme de sévères attaques. Le domaine du fantastique a été largement sondé depuis lors par les différents secteurs de la critique, surtout à partir des années soixante-dix. Si l’intérêt pour le genre est demeuré constamment vif, les critiques ont presque toujours limité, néanmoins, l’étendue de leurs examens aux œuvres des Grands Maîtres, n’accordant à la foule des auteurs qu’on appelle mineurs, dans le meilleur de cas, qu’un simple rappel rapide. Les œuvres de ces fantastiqueurs désavoués, auxquels on devrait plutôt reconnaître, malgré leur caractère parfois outré, le mérite d’avoir mis en valeur le genre fantastique en France, ont été ainsi destinées à un oubli profond à

Tesi di Laurea

Facoltà: Lingue e Letterature Straniere Moderne

Autore: Antonella Di Giovanni Contatta »

Composta da 231 pagine.

 

Questa tesi ha raggiunto 607 click dal 10/11/2010.

Disponibile in PDF, la consultazione è esclusivamente in formato digitale.