Skip to content

Le processus de radicalisation: prise de conscience

Les familles des jihadistes

L’étude du phénomène de la radicalisation et de l'endoctrinement extrémiste, conduisant ou non à des actions violentes, place les protagonistes des actions au centre de la recherche et de l’analyse. Toutefois, si pour prévenir des comportements déviants, il convient de connaître des motivations des acteurs, leurs « profils types », il nous paraît impératif d’élargir la focale de manière à intégrer, dans une perspective sociologique, certaines des dimensions de leur socialisation primaire, en particulier le cadre familial. Notre recherche sera approfondie dans un projet de doctorat l’année prochaine, mais nous allons ici en poser la base: pourquoi la famille est-elle importante pour la compréhension et la prévention de la radicalisation menant à la violence.


Nous allons ici analyser un double approche à la famille: d'une part, la famille comme nid de naissance et de la construction des premières fragilités familiales – qui peuvent se transformer après en fragilités identitaires– et la famille en tant qu'élément clé pour la prévention du phénomène, parti fondamentale de l’équation, pour laquelle un aide pratique est nécessaire au lieu d’être exclue et oubliée.

Prise de conscience
Notre analyse s’inspire de l’hypothèse générale de Roy (2015) qui considère la relation avec les familles comme fondamentale pour la compréhension et la prévention du phénomène.
Bouzar, dont l’approche a par ailleurs été vivement critiqué, estime que pour accompagner les familles de personnes dites « radicalisées », voit dans les membres du cercle intime la solution pour les « ré-humaniser » (Bouzar, 2016). Concernant cette prise de conscience de l’importance de la famille et des proches des victimes, c’est le responsable de la recherche du CPRMV, Benjamin Ducol, qui en parle aussi:

«Je pense qu’il y a des gens qui ont compris l’importance des familles, mais qu’y travaillent pas dessus. Ils utilisent les familles mais pour aller chercher des informations ailleurs. Même moi, quand j’ai fait ma thèse, je suis allé faire des entretiens avec les familles, mais c'était pour avoir des information sur les individus, je parlais avec les familles mais moi ce que m'intéressait c'était avoir des infos sur l’individu. Mais, je le reconnais, dans ma tête, j’ai pas porté attention à la famille en tant que telle. Donc, tu sais, tout le monde dit oui la famille, mais c’est toujours comme si c'était la périphérie, genre ah la famille c’est important, MAIS…et après ils passent à autre chose»

Quand on parle du terrorisme on pose le curseur toujours sur le profil des jeunes jihadistes ou sur le contexte géo-politique: on s’oublie d’une partie de l’équation, la famille. Or, en premier lieu, il faut distinguer entre deux type de familles : les familles des convertis et les familles arabes. Comme l’a dit Olivier Roy:

«Il y a deux choses : des familles qui peuvent se faire entendre, et d’autres pas. Les familles qui peuvent se faire entendre sont les familles des convertis : blanches, classe moyenne, on écrit au députés, au maire, à la presse, on écrit des livres… voilà! Il faut marquer que la plupart des livres écrites sur des jihadistes sont écrits par des mères des convertis. Et on va à la télévision… voilà! Elles ont un poids politique… c’est elles d’abord qui ont commencé avec Dounia Bouzar… parce qu’elles, tu sais, adhèrent complément à la théorie de Dounia Bouzar, c’est à dire ma fille était gentille, était belle, était intelligente, elle avait des bonnes notes à l’école… après un beau jour elle a portée le jilbab, et la faut c’est du méchant arabe, car elle est tombé amoureuse de quelqu’un et elle était sous emprise psychologique. Comme ça tout est expliqué!!
Les autres familles n’ont pas de soutien parce qu’elles sont soupçonnées d’être complices. Donc elles sont tenues en suspicion! Puis, elles ont pas les mêmes instruments socio-intellectuelles pour s’exprimer devant l’opinion publique. Et il y a des familles complément folles, comme celui là de Merah, des familles complètement dis-fonctionnelles, et là c’est une névrose familiale»
.

Deux exemples qui reflètent cette théorie: Véronique Roy, mère de Quentin, a vécu le départ de son fils de 22 ans vers la Syrie pour combattre avec Daesh. Elle a écrit un livre intitulé Quentin, qu’ont ils fait de toi? et elle a participé à des débats à la télé.

Même chose a fait Valerie de Boisrolin, dont le livre est intitulé Embrigadée. Au contraire, Nathalie Haddadi, dont le fils est parti lui aussi pour la Syrie, est accusé d’avoir financé le terrorisme et a été condamné à deux ans de prison.
Nous avons interviewé deux mères : Khadija, mère italienne, convertie à l’islam; et Sonia, mère marocaine qui vive à Montréal depuis 14 ans. En plus, nous avons lu les livres écrits par les mères françaises comme témoignage, et nous avons analysé les interviews et les articles donnés par trois documentaires et sept mères. Khadija a écrit un livre, elle est en train de travailler sur le deuxième, et elle est invitée dans les universités et les établissements académiques pour apporter son témoignage. Sonia, au contraire, s’est isolé dans la société, en cherchant d’oublier ce qui s’est passé.
Tout d’abord, pourquoi les familles, ou plus précisément les mères?

Premières réceptrices des signales
Les mères sont les premières à remarquer les changements vers une radicalisation extrémiste de leurs enfants. Khadija, une mère italienne qui s'est convertie à l'islam après avoir épousé un Marocain, a vécu à Fès pendant vingt ans, avec ses deux enfants. Une fois séparée de son mari en 2015, elle a décidé de retourner en Italie. Son fils, Youssef Zaghba, souhaitait rester avec sa mère, mais l’impossibilité de convertir ses examens marocains dans une université italienne en a décidé autrement. C’est là que Khadija a commencé à remarquer de nombreux changements chez son fils, comme, par exemple, des discours très extrémistes ou un drapeau d'Isis sur son profil Facebook. Sa mère s’est persuadé alors qu’il ne s’agissait que d’un moment passager, mais Youssef est allé en Angleterre pour travailler pendant l’été, et c’est à cette période qu’elle réalise qu’il est vraiment radicalisé.
[...]
Madame Haddadi aussi dit avoir reconnu des signes de radicalisation chez son fils, après sa sortie de prison, et les avoir signalés, sans pour autant recevoir de l’aide. Elle l’a alors envoyé en Algérie chez son ex-mari et c’est après quelque mois qu’il l’a appelé pour lui dire qu’il a rejoint Daesh. Encore, Valérie, mère de Léa, qui s’aperçoit des changements de sa fille: «J’ai remarqué de très petits changements dans les quelques jours qui ont précédé son départ. Ignorant que autres mères en Belgique, en Angleterre, aux Pays Bas et même au Canada voient leurs filles se transformer sous leurs yeux au même moment que Lea».
C’est elle qui va appeler la police pour qu’ils cherchent sa fille, tout comme Véronique, mère de Quentin, quand son fils a disparu en lui disant qu’il allait en Allemagne, tandis qu’il était en Syrie.

Questo brano è tratto dalla tesi:

Le processus de radicalisation: prise de conscience

CONSULTA INTEGRALMENTE QUESTA TESI

La consultazione è esclusivamente in formato digitale .PDF

Acquista

Informazioni tesi

  Autore: Amani Braa
  Tipo: Tesi di Laurea Magistrale
  Anno: 2017-18
  Università: Università degli Studi Ca' Foscari di Venezia
  Facoltà: Mediazione Linguistica e Culturale
  Corso: Lingue e Civiltà Orientali
  Relatore: Carolina Cerda Guzmann
  Lingua: Francese
  Num. pagine: 99

FAQ

Per consultare la tesi è necessario essere registrati e acquistare la consultazione integrale del file, al costo di 29,89€.
Il pagamento può essere effettuato tramite carta di credito/carta prepagata, PayPal, bonifico bancario, bollettino postale.
Confermato il pagamento si potrà consultare i file esclusivamente in formato .PDF accedendo alla propria Home Personale. Si potrà quindi procedere a salvare o stampare il file.
Maggiori informazioni
Ingiustamente snobbata durante le ricerche bibliografiche, una tesi di laurea si rivela decisamente utile:
  • perché affronta un singolo argomento in modo sintetico e specifico come altri testi non fanno;
  • perché è un lavoro originale che si basa su una ricerca bibliografica accurata;
  • perché, a differenza di altri materiali che puoi reperire online, una tesi di laurea è stata verificata da un docente universitario e dalla commissione in sede d'esame. La nostra redazione inoltre controlla prima della pubblicazione la completezza dei materiali e, dal 2009, anche l'originalità della tesi attraverso il software antiplagio Compilatio.net.
  • L'utilizzo della consultazione integrale della tesi da parte dell'Utente che ne acquista il diritto è da considerarsi esclusivamente privato.
  • Nel caso in cui l'Utente volesse pubblicare o citare una tesi presente nel database del sito www.tesionline.it deve ottenere autorizzazione scritta dall'Autore della tesi stessa, il quale è unico detentore dei diritti.
  • L'Utente è l'unico ed esclusivo responsabile del materiale di cui acquista il diritto alla consultazione. Si impegna a non divulgare a mezzo stampa, editoria in genere, televisione, radio, Internet e/o qualsiasi altro mezzo divulgativo esistente o che venisse inventato, il contenuto della tesi che consulta o stralci della medesima. Verrà perseguito legalmente nel caso di riproduzione totale e/o parziale su qualsiasi mezzo e/o su qualsiasi supporto, nel caso di divulgazione nonché nel caso di ricavo economico derivante dallo sfruttamento del diritto acquisito.
  • L'Utente è a conoscenza che l'importo da lui pagato per la consultazione integrale della tesi prescelta è ripartito, a partire dalla seconda consultazione assoluta nell'anno in corso, al 50% tra l'Autore/i della tesi e Tesionline Srl, la società titolare del sito www.tesionline.it.
L'obiettivo di Tesionline è quello di rendere accessibile a una platea il più possibile vasta il patrimonio di cultura e conoscenza contenuto nelle tesi.
Per raggiungerlo, è fondamentale superare la barriera rappresentata dalla lingua. Ecco perché cerchiamo persone disponibili ad effettuare la traduzione delle tesi pubblicate nel nostro sito.
Per tradurre questa tesi clicca qui »
Scopri come funziona »

DUBBI? Contattaci

Contatta la redazione a
[email protected]

Ci trovi su Skype (redazione_tesi)
dalle 9:00 alle 13:00

Oppure vieni a trovarci su

Parole chiave

terrorismo
islam
jihad
radicalizzazione
profilo tipo

Non hai trovato quello che cercavi?


Abbiamo più di 45.000 Tesi di Laurea: cerca nel nostro database

Oppure consulta la sezione dedicata ad appunti universitari selezionati e pubblicati dalla nostra redazione

Ottimizza la tua ricerca:

  • individua con precisione le parole chiave specifiche della tua ricerca
  • elimina i termini non significativi (aggettivi, articoli, avverbi...)
  • se non hai risultati amplia la ricerca con termini via via più generici (ad esempio da "anziano oncologico" a "paziente oncologico")
  • utilizza la ricerca avanzata
  • utilizza gli operatori booleani (and, or, "")

Idee per la tesi?

Scopri le migliori tesi scelte da noi sugli argomenti recenti


Come si scrive una tesi di laurea?


A quale cattedra chiedere la tesi? Quale sarà il docente più disponibile? Quale l'argomento più interessante per me? ...e quale quello più interessante per il mondo del lavoro?

Scarica gratuitamente la nostra guida "Come si scrive una tesi di laurea" e iscriviti alla newsletter per ricevere consigli e materiale utile.


La tesi l'ho già scritta,
ora cosa ne faccio?


La tua tesi ti ha aiutato ad ottenere quel sudato titolo di studio, ma può darti molto di più: ti differenzia dai tuoi colleghi universitari, mostra i tuoi interessi ed è un lavoro di ricerca unico, che può essere utile anche ad altri.

Il nostro consiglio è di non sprecare tutto questo lavoro:

È ora di pubblicare la tesi